Accéder au contenu principal

Conan de Robert E. Howard - chronique de livre

Commençons par un hommage et un grand merci aux éditions Bragelonne qui se sont attaquées avec l'édition intégrale du Conan de Robert E. Howard à un chef d'oeuvre, un emblème de la fantasy. Jusqu'à ce jour, il n'existait pas de publications dignes de ce nom. Conan était édité, publié, distribué à l'arrache, dans le désordre, dans des versions caricaturées, réécrites ou incomplètes. Victime de son adaptation cinéma, Conan était devenu un sempiternel héros fantastique: le barbare de base décliné sous toutes les coutures. Caricature de caricature. 

Chez Bragelonne, on a voulu revenir au granite original, à la première sève. Voici donc que parait le premier des trois volumes qui constitueront l'intégrale définitive de Conan. Les aventures du cimmérien sont publiées dans l'ordre de leur rédaction, reconstituées à partir des manuscrits originaux, manuscrits qui ont par la même occasion été retraduits (l'oeuvre d'Howard ayant été joyeusement réécrites par des indélicats). Le tout est accompagné de notes, d'annexes et de mémos sur l'univers du barbare. On croit rêver en tenant ce pavé dans les mains. Cerise sur le gâteau, le tout est publié en édition limitée à 8000 exemplaires comme pour mieux renforcer l'aura mystique de ce petit bijou. Juste un putain de collector !

Trêve de publicité de Noël, revenons au mythe. Robert E.Howard est tout simplement monsieur heroic-fantasy, le grand, l'unique. Genre qu'il a inventé avec l'histoire de Kull, le roi des barbares. Insatisfait de ce rang de pionnier, Howard voulait laisser à la postérité un héros capable de fédérer des générations de lecteurs, un héros dont l'acier ne s'oxyderait jamais et resterait dans l'Histoire. 

Ce héros, c'est Conan. Nous sommes en 1932. C'est le genre de truc qui m'a toujours sidéré: confronter les idées d'un visionnaire avec l'époque dans laquelle il évolue. C'est hallucinant de penser aux idées d'un Jules Verne, d'un Howard et de se demander où, comment, quand on-t'il pu trouver tout ça? Comment même y penser??? Avec Conan, Howard établit tout une mythologie: il invente l'âge d'or de la fantasy: des barbares, des mercenaires, des sorcières, des monstres. Le style est brutal, violent, noir. Cet âge d'or, il le baptise l'âge hyborien, sorte de pré-antiquité magique à la frontière de l'aube des temps et d'un Moyen-Age tout ce qu'il y a de plus référencé côté mythes de la Table Ronde (j'y reviendrais un jour). Conan, en l'espace d'une vingtaine d'aventures, devient un héros tout ce qu'il y a de plus sombre, torturé, tyrannisé par le destin, les éléments et les êtres les plus vils. Rien ne fait plier cependant le cimmérien car il est solide comme un demi-dieu. Au fil de l'oeuvre d'Howard, on lit les trames d'un auteur que l'on sent désabusé, soucieux, convaincu de vivre une vie qui ne mérite pas d'être vécu. Howard est un pessimiste. Il voit l'homme comme quelque chose en perpétuelle décadence, au bord du gouffre, plus proche de la fin que du début. 

Cette vision explique le cadre choisi par Howard pour faire évoluer Conan: le cimmérien parcourt un monde quasiment sans civilisation, préhistorique. Tout n'est que décadence, vice, massacre et destruction. Conan, c'est l'homme mythique, le héros façonné par l'antiquité, dernier de son espèce dans un univers façonné par le futile, l'inutile, le mensonge, par des notions vouées à l'échec et conduisant au bout du tunnel.

 Las, désabusé, Howard arrêtera Conan en 1935 et disparaitra l'année suivante. Il laisse derrière lui une pierre angulaire. Conan, tel un titan, tient à bout de bras tout un pan de la littérature fantastique du XXème siècle et de notre jeune XXIème siècle. Il est le père des Gemmel, Cook, Moorcock, Pratchett, Weis, Hickman. De Corum au Lion de Macédoine, il y a de la furie de Conan en chacun d'eux. Ce bouquin m'a tellement mis de bonne humeur que je vais même m'écouter un Manowar tiens !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Dossier Retrogaming : un plaisir generationnel ?

Même si chacun aborde sa passion pour le jeu vidéo de manière différente, une chose est sûre, cette pratique culturelle a réussi à prendre une place importante dans la société actuelle puisqu'il est le loisir préféré des français. Toutefois, je m’interroge sur la place du retrogaming pour les dernières générations de joueurs.    Etant née au milieu des années 80, j’ai bien évidemment vécu une partie de cette période inoubliable de l'histoire du jeu vidéo, que l'on appelle aujourd’hui le "retrogaming". Il est donc pour moi assez facile d’apprécier les jeux hyper-carrés-qui-piquent-les-yeux (en opposition aux jeux que l’on peut trouver sur le marché aujourd’hui) que l’on pouvait faire  "tourner" sur nos consoles de l’époque. Pour ma part, j’ai réellement commencé par la NES avec Mario, Zelda, MORTAL KOMBAT ,  Rad Racer, Duck Hunt et bien d’autres que certains d’entre vous connaissent certainement. Je dis "connaissent" car si vous faites parti …

avis sur NBA 2k18 sur PS4

La saison de basket allant recommencer dans 1 mois, il est normal de tester des jeux de basket. J’ai donc eu la chance, que dis-je, le privilège de me retrouver avec le dernier jeu de basket sur PS4 : NBA 2K18. Allons donc faire un petit 1 contre 1 avec le jeu.

 Mode carrière et MyMyLEAGUE au top sur 2K18La particularité de la version PS4 comparée à la version PSP ou PS3 est son mode NBA Live qui revient pour la huitième année de suite. Alors que je connaissais les jeux de courses avec histoires, j’ai découvert le jeu de basket avec histoires. Les années précédentes, vous incarniez un seul basketteur à travers une histoire plus ou moins palpitante. Cette année, EA sport a fait les choses en grand avec pas moins de trois histoires différentes. Ce n’est pas juste l’histoire qui va changer, mais aussi votre position sur le terrain. Vous aurez donc le choix entre le meneur de jeu, le gros monstre sous le panier ou encore le tireur de précision. L’histoire vous sera racontée par …

Avis sur Super Monkey Ball 3D - Nintendo 3DS

Vous connaissez certainement la série Super Monkey Ball dont le but est d'incliner des plates-formes pour faire glisser une boule contenant un singe. Ce jeu est de retour sur Nintendo 3DS, et selon les 1er test que j'ai pu lire sur internet, il semblerait que Super Monkey Ball ne soit pas LE jeu du lancement de la console (loin de là), mais après l'avoir vu pour moins de 25€ en vente, je me suis laissé tenter. Vaut-il vraiment toutes ces critiques négatives ?

J'aime vraiment le concept de Super Monkey Ballque je trouve très fun et sympa à jouer. Après avoir eu pas mal de versions du jeu (sur PSP, Wii, DS, Gamecube ou bien encore iPhone) je me suis dis que cette version 3DS avec l'effet 3D en profondeur pouvait ajouter un vrai plus au gameplay, mais même pour 25€ je regrette mon achat... Graphismes Super Monkey Ball C'est sûrement ce qu'il y a de meilleur pour moi dans le jeu, et encore, je suis un peu déçu. C'est certain que l'effet de relief avec …