Accéder au contenu principal

Articles

Chronique de Shinobi (3DS)

Fans de jeux d’action et de challenges relevés, si vous recherchez un jeu pour votre 3DS le dernier Shinobi édité par Sega pourrait bien vous intéresser.

Shinobi : dur dur d’être un Ninja La référence en jeu d’action des années 80 est de retour ! Et le parti pris par Sega pour coller avec l’esprit original de la série risque de ne plaire qu’aux fans de la première heure amateurs de 2D en scrolling horizontal. Heureusement, j’en fait partie et c’est donc avec un réel plaisir que je me suis adonné aux joies de la baston sur ce Shinobi 3D. Mais il faut bien l’avouer, ce Shinobi est assez inégal dans sa réalisation. Commençons par l’histoire tout d’abord. Le début du jeu emmène Jiro, le personnage principal, dans le Japon féodal avant que l’on soit projeté en 2056 après J-C pour enfin terminer dans un vaisseau spatial. Difficile de trouver une cohésion à tout cela, et les vidéos censées nous expliquer l’histoire ne sont pas toujours des plus claires.
Niveau gameplay celui-ci se porte plu…
Articles récents

test du jeu Bionicle Heroes

À l’exception de Metroid Prime : Hunters ou Splinter Cell, je vous mets au défi de nommer un autre First-Person Shooter sur la console à deux écrans. J’attends toujours… Bionicle Heroes vient donc combler un vide dans un genre sous-exploité sur la dernière console portable de Nintendo. Même s’il utilise la nouvelle série de jouets créée par LEGO en 2001, le jeu n’a assurément pas la même profondeur et le même charme que MP : H. Malgré tout, il surprend par le plaisir qu’il apporte pendant quelques heures. 
Scénario du jeu Bionicle Heroes
Même si dans un lointain passé j’ai été un amateur de blocs LEGO, je dois vous avouer que je ne connais rien à la bannière Bionicle et l’histoire de ce jeu vidéo ne me donne pas le goût d’en savoir davantage. Le joueur est appelé à incarner le Toa (héros) Matoran et il doit se rendre sur l’île de Voya Nui afin d’affronter Makuta et les méchants Piraka. Ces derniers ont capturé d’autres héros Toa en plus de leur enlever leur masque. C’est à vous de r…

test du jeu Star Wars, Lethal Alliance

Durant les années qui séparaient les Épisodes III et IV de star wars, la Princesse Leia propose une quête dangereuse afin de sécuriser l'avenir de l'alliance rebelle. Elle recrute un duo mortel: Twe'lek Rianna Saren et son droïde de sécurité, Zeeo. Ensemble, ils doivent infiltrer des planètes contrôlées par l'Empire, combattre des légions d'ennemis et voler les plans de l'arme la plus destructrice de l'univers. Le jeu a un slogan de deux lignes, mais en y jouant, on pourrait en rajouter une troisième : seul, vous êtes fort. Ensemble, vous êtes invincibles. Malheureusement, votre jeu est ennuyant.

Star Wars : Lethal Alliance est un jeu de tir à la troisième personne Il faut tout simplement passer à travers d'un endroit donné en tirant sur des ennemis et en passant à travers divers obstacles physiques. Lorsqu'il y a des ennemis à éliminer, comme dans Revenge of the Sith le jeu Star Wars verrouille automatiquement une visée sur eux et on peut passer d…

Jeux vidéos 2010 : Alan Wake

Alan Wake :
Le pitch :Alan Wake, un Stephen King à belle gueule, a la plume en dérangement.  Histoire de torcher un best-seller pas même entamé, l’auteur pose son spleen et sa machine à écrire dans le brouillard anonyme de Bright Falls, paisible trou à péquenauds. Où pêcheurs, ivrognes et filles sans avenir n’attendent que la fête du cerf. Où les femmes d’écrivain ne passent pas la nuit. Où l’ombre et la lumière se mènent une guerre millénaire. Bref, où il ne fait pas bon oublier sa lampe torche.
Bien :Regrets éternels : Twin Peaks aurait pu avoir son jeu vidéo. Une nature hantée par les esprits, les contours ruraux d’une vie simple où se cachent les pires secrets et des flics moins ploucs qu’ils en ont l’air : Alan Wake emprunte à la série de David Lynch  cette culture de l’étrange, de l’entre deux dérangeant, des faux-semblants  et distille, sous un soleil froid et humide, une ambiance d’apocalypse en éclosion.  En passant, Remedy ne se prive pas, par les mises en abîmes emmêlées e…

Bodycount sur PlayStation 3, fin

Durée de vie Pour être honnête c'est une fois de plus un point faible du jeu bodycount . Il ne vous faudra que 6-7 heures pour terminer le jeu (je suis en mode normal mais il parait qu'ils sont tous plutôt facile...) et c'est bien regrettable. De plus, les missions s'enchainent très vite tout en se ressemblant plus ou moins les unes des autres, et même si vous mourez quelques fois, il suffit de recommencer une fois ou deux grand maximum pour passer au prochain checkpoint, et donc de sauvegarde. Quoi qu'il en soit, si vous recherchez un jeu pour son mode solo, ce n'est pas Bodycount qu'il vous faut. 10/20 J'ai envie de dire que là, on touche le fond... Celui qui était à la tête du scénario s'est beaucoup creusé les méninges pour inventer cette histoire. Il faut tout simplement regler un conflit entre deux camps, vous voyez que c'est tres recherché comme scénario. Bref, rien à redire sur ce point comme sur les autres, c'est une nouvelle fois u…

Avis sur Bodycount , PlayStation 3

Il y a quelques jours j'ai eu la chance de recevoir Bodycount sur PlayStation 3, cordialement envoyé par Codemasters que je remercie une nouvelle fois. Nous n'avons pas beaucoup entendu parler du jeu avant sa sortie et même actuellement, Bodycount est-il à la hauteur d'autres FPS ? Ce sera soit l'un soit l'autre. Dans tous les cas, avec sa durée de vie en mode solo médiocre, le multijoueurs relèvera peut-être le niveau ?

Avant de commencer le test, je voudrais juste parler d'un bug que j'ai rencontré plusieurs fois en mode solo. Lors d'un changement de mission, j'ai eu deux bugs à deux moment différents dans le jeu, qui empêchent de continuer le mode aventure, car il fallait deux fois deux vagues d'ennemies... qui ne sont jamais apparues. J'ai du quitter le mode solo et revenir les deux fois pour qu'ils apparaissent. C'est quand même très dérangeant. Même après cela, le jeu est-il vraiment convainquant sous son air rétro et orienté …

Dead to Rights Retribution

Editeur : Namco Bandai Développeur : Volatile Type : Action Sortie France : 23 avril 2010 Classification : Interdit aux - de 18 ans Multijoueurs : Non Version : Textes en français, voix en anglais Web : Site web officiel
Grant City est infecté par les crimes et la corruption. Ce sera à vous d'en être le vaccin. Seulement chez vous, la méthode douce n'existe tout simplement pas, mais pour ajouter quand même un brin de finesse vous pourrez compter sur votre meilleur ami Shadow, un chien.
Vous incarnerez donc le super flic Jack Slate alternativement avec son coéquipier le canidé cité un peu plus haut. Pas besoin de sortir de St Cyr pour comprendre la trame de l'histoire qui nous est servie sur un plateau sans saveur et au dénouement prévisible depuis le début du jeu. De toute façon le scénario est juste une excuse tout juste valable pour nous donner envie de dérouiller tout ce qui se présentera devant nous. Certes on croisera quelques civil qu'il ne…

Dossier Retrogaming fin

Depuis le lancement du Museogames (voir 1ere partie :
http://chiendelisard.blogspot.com/2017/10/dossier-retrogaming-un-plaisir.html) ,  la "blogosphère" a principalement recommandé sa visite aux 25-40 ans. Pas d'orientation particulière en revanche sur les médias online... On recommanderait donc naturellement ce musée à ceux qui ont déjà l'expérience du rétrogaming... Ce qui est intéressant dans leur positionnement et leur discours, c'est le fait de ne pas se limiter à considérer les jeux vidéo comme de simples objets culturels mais comme des objets d'art. Enfin bon, tout ça c'est une autre histoire, on est là pour parler du rétrogaming et tenter d'y apporter une réflexion.

 Le coup de vieux des manettes de jeux J’ai dans mon entourage quelques enfants/ados qui sont allés voir l’expo et à ma grande surprise, ils se sont adaptés à ces "nouvelles consoles" (pour eux, puisqu’ils ne les avaient jamais approché avant) plus vite que certains adul…

test du jeu X-Men Origins : Wolverine - suite

Suite de notre chronique du jeu X-Men Origins : Wolverine


Au fil des niveaux, nous constatons que cela ne dure pas et nos tactiques préférées du coup de griffes dans le ventre ou de la clé de bras ne sont plus aussi efficaces. En effet, notre premier combat contre une grosse bête en goudron nous prouve l’habileté avec laquelle il faut arriver à maitriser les combos de Wolvie. Nous nous sommes rendus compte que les compétences et « atouts » sélectionnables changeaient réellement la manière de diriger les attaques et surtout de réaliser des chorégraphies de combats complètement différentes.  Ne sachant comment nommer ces combos, nous vous laisserons remettre les noms aux bonnes attaques : Des coups de pieds partout en tournant : le coup de la torpille Un gros monstre balourd et lent qui vous arrête entre ses deux mains : la tapette à mouche. Les modes dans  le jeu X-Men Origins : Wolverine A noter, un joli mode "lunge" ou aussi appelé "fente", actionné par le…

Dossier Retrogaming : un plaisir generationnel ?

Même si chacun aborde sa passion pour le jeu vidéo de manière différente, une chose est sûre, cette pratique culturelle a réussi à prendre une place importante dans la société actuelle puisqu'il est le loisir préféré des français. Toutefois, je m’interroge sur la place du retrogaming pour les dernières générations de joueurs.    Etant née au milieu des années 80, j’ai bien évidemment vécu une partie de cette période inoubliable de l'histoire du jeu vidéo, que l'on appelle aujourd’hui le "retrogaming". Il est donc pour moi assez facile d’apprécier les jeux hyper-carrés-qui-piquent-les-yeux (en opposition aux jeux que l’on peut trouver sur le marché aujourd’hui) que l’on pouvait faire  "tourner" sur nos consoles de l’époque. Pour ma part, j’ai réellement commencé par la NES avec Mario, Zelda, MORTAL KOMBAT ,  Rad Racer, Duck Hunt et bien d’autres que certains d’entre vous connaissent certainement. Je dis "connaissent" car si vous faites parti …