Accéder au contenu principal

World Of Warcraft Beta wow gold 2015

Après 3 ans d'attente, le nouveau Wow commence à se pointer le bout du nez, à tout le moins en beta. En théorie, le jeu ne devrait pas dépasser la date critique du 30 juin, alors il ne nous reste que quelques mois à attendre. Par contre, pour 5000 personnes chanceuses, elles peuvent déjà pratiquer leurs stratégies un peu avant tout le monde et Blizzard bénéficie d'un bon nombre de testeurs pour traquer les derniers bogues et ajuster les unités. J'y ai joué cet après-midi et voici mes premières impressions.

Pour ceux qui sont curieux, non, je ne fais pas parti des 5000 personnes chanceuses. Quoique j'aurais peut-être pu me servir du site pour avoir une version beta, je n'y ai même pas pensé, j'ai participé comme tout le monde à la sélection. Heureusement pour moi, deux personnes de mon entourage ont mis la main sur le beta et l'une d'entre elles, Roger, me l'a apporté ce midi afin que je puisse me faire une idée.


Bon, eh bien, par quoi commencer...? Ma première partie, je l'ai jouée en solo, question de voir ce que les unités peuvent faire et voir un peu le jeu en général (il est possible de jouer en solo en créant une partie tout seul sur Battle.Net). Je voulais prendre les Night Elves, mais j'ai oublié de changer le Random. Coup de destin, j'ai eu les Night Elves ;-) Cette race ressemble un peu aux Zergs et aux Terrans de Starcraft. Les wisps, l'unité de base des Night Elfves, se transforme pour créer des bâtiments, qui, soit dit en passant sont vivants. Donc, c'est comme les larves des Zergs. Les bâtiments sont des arbres qui peuvent se déplacer, très pratique lorsque l'on a fini d'une mine d'or, tout comme les déplacements de bâtiments Terrans. Votre arbre majeur, qui vous sert de bâtiment principale, peut s'accrocher en quelque sorte à une mine, vous permettant ainsi de mettre la main sur de l'or à interval régulier. Les wisps, quant à eux, peuvent rammasser les arbres. À mon avis, les Night Elfves sont plus forts que les autres races, je vous expliquerai plus loin pourquoi.


Ma deuxième partie, j'ai pris les humains. Les humains sont vraiment comme Warcraft III : Cash Flow Positive Leveling . C'est la race la plus simple à apprendre car elle fonctionne comme les précédents World of Warcraft. Des peons nous permettent de rammasser de l'or et du bois et construisent les bâtiments. On a droit à des footmans, des rifflemans et des cavaliers comme unités d'attaque de base. On peut avoir aussi des griffons, des prêtres et des sorciers. Je ne vous listerai pas toutes les fonctionnalités, de toute manière, le guide du gold wow chez Blizzard ou sur les sites dédiés "wow gold" est plutôt complet en cette matière.


J'ai joué ensuite ma première partie sur Internet, un 3vs3. La partie a duré environ 30 minutes et je me suis fait rammasser par une dizaine de Chimères. Yé... J'avais vu sur les forums que plusieurs joueurs s'amusaient à rusher, j'en ai eu la preuve...


Ma quatrième partie se joua avec les Orcs, un 4 FFA (Free for all) que j'ai gagné de justesse. Heureusement pour moi, le joueur qui semblait le meilleur a été déconnecté et j'ai pu abbattre les deux autres joueurs à grand coup de taureaux ;-) J'avais appris beaucoup de ma partie précédente. Les Orcs fonctionnent comme les humains, comme dans Warcraft III. C'est surtout les unités qui ont changés. Une unité que j'aime bien est le Kodo Beast, qui bouffe littéralement les unités adverses. Un petit orc est sur son dos et joue du tambour (c'est le genre de choses que les screenshots ne sont pas capables de rendre vrai Gold Earning ).


Ma dernière partie a été joué avec les Undeads, afin que je puisse faire un survol de toutes les races. Les Undeads ressemblent aux Zergs et auz Protoss. Tout d'abord, comme les Zergs, vous devez construire sur une espèce de nappe qui prend de l'expansion au fil des constructions que vous faites. Les acolytes sont comme les drones des Protoss, ils peuvent partir une construction et ensuite s'en aller ailleurs. En plus des acolytes pour construire, vous avez les ghouls, unité d'attaque de base, qui permettent de rammasser du bois. C'est probablement la race un peu plus difficile à maîtriser, mais ça en vaut le coup. Vous pouvez invoquer des nécromanciens qui transformeront les corps en squelettes. Pour les corps, vous pouvez même les transporter à l'aide d'un espèce de tank.


Graphiquement, le jeu Wow peut se comparer aisément à Battle Realms, on ressent à peu près la même ambiance. Cependant, un bon nombre de petits détails supplémentaires, sur chacune des unités me font dire que le jeu est plus beau que Battle Realms. De plus, les cycles de jour et de nuit sont vraiment bien fait, ça change pas d'un coup sec, tout est en transition. Des unités elves deviennent invisibles lorsqu'elles sont arrêtées la nuit. La vue est également réduite la nuit.


Au niveau sonore, la musique est excellente, comme tous les jeux de Blizzard. Chaque race a ses propres musiques, j'aime bien celle des Undeads, elle est terrifiante et angoissante. Les unités ont tous des voix différentes et point intéressant à noter, les unités ont des commentaires très humoristiques lorsque l'on clique trop dessus (tout comme Wow Cataclysm et Starcraft). Par exemple, le Dread Lord répond sur son cellulaire ;-)


Côté gameplay, c'est de la stratégie en temps réel standard avec une petite modification, la présence non-négligeable des héros. Vous pouvez avoir jusqu'à 3 héros et trois sortes de héros sont disponibles pour chaque race. Chaque héros gagne des points d'expérience en combattant (ou achetant des gold wow, wow po) , ce qui lui permettra de changer de niveaux et acquérir de nouveaux pouvoirs magiques. Il est également possible de les ressusciter en cas de perte. Ils peuvent également rammasser des items magiques jusqu'à concurrence de 6, telle des potions, des anneaux et artifacts qui donnent des bonus lorsque l'on les porte et des tomes qui permettent de monter les statistiques du protagoniste de manière permanente (toujours penser "wow gold" ). Les héros sont primordiales, tout comme les créatures neutres qui peuplent les cartes. Grâce à ces créatures qui se défendent, vous allez pouvoir rammasser des objets et de l'expérience. Les créatures, appelées Critters évidemment, empêchent aussi les joueurs de trop s'étendre vite sur la carte car certaines d'entre elles peuvent être de niveau 9, ce qui est très difficile à battre, même avec beaucoup d'unités. Fait à noter, nous sommes limités à 90 unités et certaines coûtent plus qu'une unité (par exemple, les héros coûtent 5 unités).



Il y aurait beaucoup à dire encore sur le nouveau WoW  mais je me limite à ces quelques lignes pour le moment. Il est sûr qu'en y jouant davantage, je trouverais des nouvelles choses, et il y a plein de choses dont je n'ai pas parlé.

Commentaires

  1. Coucou,
    Pour ma part, je ne peux nier que j’ai vécu une très bonne expérience en jouant à World of Warcraft. Je me suis laissée transporter dès la première partie du jeu, tellement le scénario était captivant.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Dossier Retrogaming : un plaisir generationnel ?

Même si chacun aborde sa passion pour le jeu vidéo de manière différente, une chose est sûre, cette pratique culturelle a réussi à prendre une place importante dans la société actuelle puisqu'il est le loisir préféré des français. Toutefois, je m’interroge sur la place du retrogaming pour les dernières générations de joueurs.    Etant née au milieu des années 80, j’ai bien évidemment vécu une partie de cette période inoubliable de l'histoire du jeu vidéo, que l'on appelle aujourd’hui le "retrogaming". Il est donc pour moi assez facile d’apprécier les jeux hyper-carrés-qui-piquent-les-yeux (en opposition aux jeux que l’on peut trouver sur le marché aujourd’hui) que l’on pouvait faire  "tourner" sur nos consoles de l’époque. Pour ma part, j’ai réellement commencé par la NES avec Mario, Zelda, MORTAL KOMBAT ,  Rad Racer, Duck Hunt et bien d’autres que certains d’entre vous connaissent certainement. Je dis "connaissent" car si vous faites parti …

Dead to Rights Retribution

Editeur : Namco Bandai Développeur : Volatile Type : Action Sortie France : 23 avril 2010 Classification : Interdit aux - de 18 ans Multijoueurs : Non Version : Textes en français, voix en anglais Web : Site web officiel
Grant City est infecté par les crimes et la corruption. Ce sera à vous d'en être le vaccin. Seulement chez vous, la méthode douce n'existe tout simplement pas, mais pour ajouter quand même un brin de finesse vous pourrez compter sur votre meilleur ami Shadow, un chien.
Vous incarnerez donc le super flic Jack Slate alternativement avec son coéquipier le canidé cité un peu plus haut. Pas besoin de sortir de St Cyr pour comprendre la trame de l'histoire qui nous est servie sur un plateau sans saveur et au dénouement prévisible depuis le début du jeu. De toute façon le scénario est juste une excuse tout juste valable pour nous donner envie de dérouiller tout ce qui se présentera devant nous. Certes on croisera quelques civil qu'il ne…

test du jeu X-Men Origins : Wolverine - suite

Suite de notre chronique du jeu X-Men Origins : Wolverine


Au fil des niveaux, nous constatons que cela ne dure pas et nos tactiques préférées du coup de griffes dans le ventre ou de la clé de bras ne sont plus aussi efficaces. En effet, notre premier combat contre une grosse bête en goudron nous prouve l’habileté avec laquelle il faut arriver à maitriser les combos de Wolvie. Nous nous sommes rendus compte que les compétences et « atouts » sélectionnables changeaient réellement la manière de diriger les attaques et surtout de réaliser des chorégraphies de combats complètement différentes.  Ne sachant comment nommer ces combos, nous vous laisserons remettre les noms aux bonnes attaques : Des coups de pieds partout en tournant : le coup de la torpille Un gros monstre balourd et lent qui vous arrête entre ses deux mains : la tapette à mouche. Les modes dans  le jeu X-Men Origins : Wolverine A noter, un joli mode "lunge" ou aussi appelé "fente", actionné par le…