Accéder au contenu principal

Test de Matt Hazard : Blood Bath and Beyond

Développé par Vicious Cycle Software et édité par D3 Publisher, Matt Hazard : Blood Bath and Beyond est disponible depuis le 6 janvier dernier sur le Xbox Live Arcade. Ce légendaire héros de jeux vidéo vous avait été introduit l'année dernière sur Xbox 360 et PS3 dans Eat Lead: The Return of Matt Hazard, jeu qui n'a pas réellement fonctionné auprès des gamers. Mais rassurez-vous, ce nouvel opus est plein de surprises !        
 Le rôle principal est donc accordé à notre super-fake-héros, portant le nom de Matt Hazard. Pour ceux qui n'auraient jamais entendu parler de Eat Lead: The Return of Matt Hazard, et je veux bien le croire, Matt est en fait un héros-de-jeux-vidéo-dans-un-jeu-vidéo, qui souhaite donc retrouver la gloire. Narcissique à souhaits mais aussi plein d'humour, il peut-être décrit comme un mélange de Bruce Willis (uniquement au niveau du crane chauve c'est vrai) et de Duke Nukem.


Au niveau du pitch, rien de bien compliqué : Matt Hazard aura pour but de sauver la personne qu'il aime le plus au monde, lui-même, afin d'échapper aux griffes de Neutronov, le méchant. Pour y parvenir, il devra, un peu à la manière de Sonic pourchassant  le gros Robotnik, le poursuivre tout au long de l'histoire.
On compte an total 8 niveaux parsemés d'embuches (dynamite, énigmes, etc.) et d'ennemis mélangeant tous les genres : des cowboys, des ninjas, des pingouins tueurs, des faux Chewbacca mais aussi des robots de toutes sortes! Petit bémol, l'intelligence artificielle n'est pas toujours adaptée à la situation, il arrive parfois que les adversaires se retrouvent bloqués par les décors, mais rassurez-vous c'est très rare.
Une multitude d'armes sont mises à votre disposition afin d'éradiquer tous ceux qui tentent vainement de vous barrer la route. Lance-flammes, roquettes, arme laser, grenades ou simple mitraillette, il y en a pour tous les goûts! Pour les plus gores d'entre vous, il y a même un peu de sang lors des éliminations et les explosions font parfois bondir notre très cher Matt contre notre écran.

Au niveau du concept, et c'est bien là l'atout majeur, ce jeu reprend plusieurs univers de jeux vidéo des années passées et les remanie à sa sauce : on peut tout aussi bien se retrouver dans un niveau de Super Mario à se hisser dans des tuyaux sous-terrain et taper des caisses de pièces que se retrouver sur un train en marche comme dans Indiana Jones & The Last Crusade sur Megadrive. De nombreux jeux y sont donc parodiés (Mirror's Edge, Dofus Métroïd, Team Fortress 2, etc.) et on y trouve également quelques ambiances tirées du grand écran.


Le jeu se compose de deux modes : le mode histoire et le mode co-op. Malheureusement le mode coopération est strictement réservé au local, le jeu étant totalement dépourvu de mode multijoueurs online, ce qui est bien dommage. En ce qui concerne la prise en main, elle est plutôt rapide et facile : stick analogique gauche pour les déplacements, X pour tirer, RT pour les grenades, A pour sauter, LB pour la visée manuelle et LT pour shooter en arrière plan. Les vagues d'ennemis sont assez conséquentes, et de plus en plus coriaces selon le degré de difficulté.

Le jeu se décline donc en 3 niveaux de difficulté :
  • Mauviette
  • La vache c'est dur
  • C'est quoi ce BORDEL !
Avant que vous ne vous lanciez, autant vous dire que le niveau le plus compliqué est vraiment... trop compliqué! Toutefois, si vous optez pour le mode "Mauviette", vous n'en aurez que pour 2 ou 3 heures selon votre "skill", étant donné que les "continus" sont illimités, ce qui fait très peu. C'est pourquoi le deuxième degré de difficulté me semble être un bon compromis, mêlant le plaisir à la pression dans une optique de survie et de résistance face aux attaques diverses des ennemis.

Le verdict ?


Graphismes : 7/10Le jeu est vraiment bien fait, les graphismes sont certes de bonne qualité, mais toutefois loin d'égaler le grand ShadowComplex qui s'inscrit dans la même lignée.
Gameplay : 7/10La prise en main est immédiate, seuls les boutons principaux sont utilisés. De plus, le gameplay en 2D est parfaitement adapté aux graphismes 3D.
Bande-Son : 6/10Les musiques du jeu sont très vite lassantes, voire énervantes. En revanche, les phrases du personnage principal sont très drôles et le renforcent dans son rôle de super-fake-héros (ex: "I'm not scared of you! I'm the main character!").
Durée de vie : 5/10Le mode histoire est très court en basse difficulté, comptez entre 2 et 3 heures. Pour les plus courageux, ceux qui opteront pour le mode difficile, l'aventure s'avère être un peu plus longue! Les 8 niveaux sont vraiment très très courts et on aurait espérer un peu plus pour 1200 MsP.
Un mode coop en ligne aurait pu prolonger cette durée de vie, mais malheureusement, on se cantonne au local.
Intérêt/Ambiance : 8.5/10L'univers parodique du jeu est sa principale qualité. Ce titre est bourré de références ayant bercées notre enfance, adaptées à la sauce Matt Hazard! Ah nostalgie...
Le côté "Old School arcade" nous redonne certaines sensations que les consoles next-gen nous font habituellement oublier, le tout rempli d'humour.
Note Globale : 6.7/10Un très bon jeu arcade dans l'ensemble qui rappelle les bons vieux jeux à l'ancienne, réellement bourré d'humour et de parodies inattendues! Une bonne petite surprise sur le XBLA malgré sa faible rentabilité prix/durée de vie.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Avis sur Cars 2 sur PlayStation 3 - test

Il y a quelques jours déjà, on nous a fait parvenir un exemplaire de Cars 2 sur PlayStation 3. Après avoir eu le temps de bien tester le jeu, je dois dire que je suis allé de surprise en surprise tout au long du jeu et jusqu’à la fin. Éditeur : Disney Interactive Sortie française : 23 juin 2011 Voix version originale sous-titrées PEGI 7 Cars 2 est une vrai surprise de mon côté et je dois dire que j'ai bien accroché. Je crois bien que je vais même essayer d'en avoir le platine. Lorsqu'on me l'a fait parvenir, j'étais plutôt septique mais une fois le jeu dans la console on change rapidement d'avis et on savoure Cars 2. Je ne suis pas fan de la licence mais je dois dire que le jeu est toujours aussi décalé que le film. Graphismes Sur ce point j'ai été très surpris par le jeu. Il est plutôt joli, les décors sont très variés et colorés, et grâce à ça l'univers du film ressort bien. De plus, le jeu vient se doter de quelques cinématiques elles aussi plutôt j…

LUIS FIGO, top joueur FIFA 17

A la sortie du jeu FIFA 17, voici un topo des top joueurs de la serie FIFA :
Avant Cristiano Ronaldo, n°1 avec MESSI du jeu FIFA 17,  voila la star de foot du Portugal :  Luis FIGO.

Ailier précoce, vainqueur des Championnats du monde Cadets et Espoirs de la FIFA, il était à son époque l' un des meneurs de jeu les plus recherchés du football mondial. Il occupait indifféremment les deux ailes, mais jouait plus généralement au milieu de terrain, d’où il pouvait orchestrer le jeu. Doté d’une technique hors normes, il savait défier et déborder les défenseurs adverses, mais aussi adresser des passes redoutables.

Il a également participé à l’EURO 96™, où il a marqué une fois au cours de ses quatre apparitions. Il a inscrit trois buts dans les huit matches de qualification pour l’EURO 2000™. Bien entendu il a fait partie des "galactiques" du real madrid" : cette équipe de super-star constituée par Fiorentino Perez au début des années 2000, avec Zidane, Ronaldo, Beckham, Owe…

Avis sur le jeu Splinter Cell Conviction

Sam Fisher est de retour pour un nouvel épisode et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il est loin d’être content ! Ubisoft remet sa série au goût du jour par un épisode orienté d’avantage vers l’action que l’infiltration. Une question est pourtant posée : Splinter Cell reste t’il encore un Splinter Cell ? La réponse dans le test. Titre : Splinter Cell ConvictionEditeur : UbisoftDéveloppeur : Ubisoft MontréalType de jeu : Action / Infiltration

Depuis 2002, l’éditeur français nous fait partager la vie de son héros Sam Fisher au travers de différents jeux. Le dernier en date étant "Double Agent", sorti en 2006, où notre protagoniste devait infiltrer la James Brown Army, qui laissait déjà entrevoir un côté plus sombre que ses prédécesseurs. Cette fois, cette idée est encore plus renforcée. Fisher est poursuivis par son ancienne organisation, Echelon 3, et va devoir déjouer un complot menaçant les Etats-Unis. Par la même occasion, il va devoir également découvrir la vérité…