Accéder au contenu principal

Avis sur la jeu video El Shaddai - Ascension of the Metatron

Dans ce jeu nous incarnons Enoch un prêtre dont la mission est de se dresser face aux anges déchus descendus sur Terre et dont la présence ici-bas ne relève que de débauche. El Shaddai nous emmène dans un monde successivement psychédélique, futuriste et même antique, on retrouvera également des touches plus poétiques en empruntant les estampes d’Okami créé par la même équipe.
L’ensemble du jeu n’affiche rien à l’écran la vie restante du héros comme celle des adversaires est symbolisée par leur armure qui se décompose avec les coups qui leur sont portés. C’est pour cette raison qu’ils se retrouvent en caleçon avant de disparaître. La multitude d’univers et de façons de jouer est assez déroutante. En effet le jeu se pose tour à tour en hack’n’slash, puis en jeu de plateforme aussi coloré qu’un Kirby pour continuer sur une scène à moto très inspirée de Tron dans laquelle le héros doit survivre en terrassant tous les ennemis se mettant en travers de son chemin.

La partie hack’n’slash sur laquelle était axée la présentation se révèle très répétitive. Les opposants se situent à des emplacements très prévisibles (par exemple une large plateforme ronde placée après un couloir étroit), la variété des coups est limitée en raison des commandes limités à un bouton d’attaque (qui est ici universel : il permet de frapper des poings, des pieds ou même une arme) auquel s’ajoute un bouton de défense et celui permettant de prendre l’arsenal d’un ennemi ou de purifier son arme. Cela est nécessaire car d’immaculée elle devient rapidement souillée après quelques coups et perd ainsi de son pouvoir. Dans les niveaux de hack’n’slash lorsque le joueur est vaincu il peut revenir à la vie en appuyant sur les boutons du contrôleur avant que ses yeux ne se ferment définitivement. Entre les affrontements il est très difficile de trouver la mort, des murs invisibles sont placés au bord des couloirs. Uniquement un saut raté peut être fatal.

Le second mode de jeu est plus orienté plateforme. Ici chaque chute fait perdre un morceau de l’armure d’Enoch. Les Nephilim, êtres informes issus de la relation d’un ange aves un humain se mettent en travers de votre route. Ils peuvent cacher la vue du terrain ou plus simplement se révéler hostiles. Pour traverser les niveaux il est nécessaire de recourir à l’une des 3 armes (qui restent les même que pendant la phase hack’n’slash) ; par exemple une des trois permet de planer, donc de traverser les gouffres plus larges.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Dead to Rights Retribution

Editeur : Namco Bandai Développeur : Volatile Type : Action Sortie France : 23 avril 2010 Classification : Interdit aux - de 18 ans Multijoueurs : Non Version : Textes en français, voix en anglais Web : Site web officiel
Grant City est infecté par les crimes et la corruption. Ce sera à vous d'en être le vaccin. Seulement chez vous, la méthode douce n'existe tout simplement pas, mais pour ajouter quand même un brin de finesse vous pourrez compter sur votre meilleur ami Shadow, un chien.
Vous incarnerez donc le super flic Jack Slate alternativement avec son coéquipier le canidé cité un peu plus haut. Pas besoin de sortir de St Cyr pour comprendre la trame de l'histoire qui nous est servie sur un plateau sans saveur et au dénouement prévisible depuis le début du jeu. De toute façon le scénario est juste une excuse tout juste valable pour nous donner envie de dérouiller tout ce qui se présentera devant nous. Certes on croisera quelques civil qu'il ne…

Dossier Retrogaming : un plaisir generationnel ?

Même si chacun aborde sa passion pour le jeu vidéo de manière différente, une chose est sûre, cette pratique culturelle a réussi à prendre une place importante dans la société actuelle puisqu'il est le loisir préféré des français. Toutefois, je m’interroge sur la place du retrogaming pour les dernières générations de joueurs.    Etant née au milieu des années 80, j’ai bien évidemment vécu une partie de cette période inoubliable de l'histoire du jeu vidéo, que l'on appelle aujourd’hui le "retrogaming". Il est donc pour moi assez facile d’apprécier les jeux hyper-carrés-qui-piquent-les-yeux (en opposition aux jeux que l’on peut trouver sur le marché aujourd’hui) que l’on pouvait faire  "tourner" sur nos consoles de l’époque. Pour ma part, j’ai réellement commencé par la NES avec Mario, Zelda, MORTAL KOMBAT ,  Rad Racer, Duck Hunt et bien d’autres que certains d’entre vous connaissent certainement. Je dis "connaissent" car si vous faites parti …

test du jeu X-Men Origins : Wolverine - suite

Suite de notre chronique du jeu X-Men Origins : Wolverine


Au fil des niveaux, nous constatons que cela ne dure pas et nos tactiques préférées du coup de griffes dans le ventre ou de la clé de bras ne sont plus aussi efficaces. En effet, notre premier combat contre une grosse bête en goudron nous prouve l’habileté avec laquelle il faut arriver à maitriser les combos de Wolvie. Nous nous sommes rendus compte que les compétences et « atouts » sélectionnables changeaient réellement la manière de diriger les attaques et surtout de réaliser des chorégraphies de combats complètement différentes.  Ne sachant comment nommer ces combos, nous vous laisserons remettre les noms aux bonnes attaques : Des coups de pieds partout en tournant : le coup de la torpille Un gros monstre balourd et lent qui vous arrête entre ses deux mains : la tapette à mouche. Les modes dans  le jeu X-Men Origins : Wolverine A noter, un joli mode "lunge" ou aussi appelé "fente", actionné par le…