Accéder au contenu principal

Gran Turismo 5 - suite

Suite de la chronique du jeu grand Turismo 5.

La progression

Dans Gran Turismo 5, la progression est très lente, les heures de jeu sont énoooormes. Cette progression est principalement marquée au fur et à mesure des niveaux passés. En augmentant de niveau, tu as droit à de nouveaux circuits pour les courses. Grâce aux courses, tu gagnes des points d'XP et des crédits te permettant d'acheter des voitures. Le jeu est d'ailleurs bien loti puisqu'il dispose d'un grand nombre de véhicules : plus de 1000. Tous étant de véritables modèles existants : Citroën GT, Pagani Honda, McLaren, Jaguar XJ13 ou encore Ferrari F2007, il y en a pour tous les goûts. De plus, pour la première fois dans la saga, vous disposez également des autos NASCAR, World Rally Championship et Super GT. Autant vous dire qu'il vous faudra des mois, voire des années pour pouvoir collectionner tout ça!  

Les types de voitures

Le jeu a deux types de véhicules: voitures standard et voitures de luxe. Ces appellations n'ont rien à voir avec le fait qu'elles soient de bonnes ou mauvaises voitures mais la différence réside ailleurs. Les "premium" sont les autos les mieux modélisées, avec un système avancé de dégâts et la possibilité d'avoir la vue intérieure. Pour ces modèles, tout, du rétroviseur au pot d'échappement, est parfaitement reproduit. 

Le jeu dispose d'un créateur de circuit, qui vous permet de réaliser vos propres pistes, et de les partager. Pour cela, prenez un circuit déjà existant et modifiez-le à volonté. Vous pouvez changer la trajectoire, ajouter des bâtiments, des clôtures, des objets, modifier le type de sol, la météo, les rochers, etc.
Pour ma part, je trouve ce mode assez décevant. Les modifications restent superficielles et il est impossible de créer un circuit sans utiliser un pré-existant, ce qui est vraiment dommage. 

Expérience visuelle

Il n'y a aucun doute: Gran Turismo 5 marque un nouveau toit graphique pour les jeux de course, grâce aux longues années de perfectionnement. Les modèles de voitures, les textures, les circuits, les conducteurs, les animations, tout fait en sorte de rendre l'expérience immergente.
 

Conclusion

Le jeu m'a donné une impression incroyable. Au fur et à mesure de mes heures passées dessus, je prenais de plus en plus de plaisir. Des graphismes vraiment pas mal, une conduite appréciable, des véhicules incroyables, voilà ce que je retiens du jeu. Le jeu n'est pas parfait c'est certain, mais l'expérience de jeu elle est bien réelle. Les fans de la saga sont certainement aux anges et les puristes xbox 360 continueront à prêcher leur Forza 3, mais une chose est sûr, je suis satisfait de ce nouveau volet.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Dossier Retrogaming : un plaisir generationnel ?

Même si chacun aborde sa passion pour le jeu vidéo de manière différente, une chose est sûre, cette pratique culturelle a réussi à prendre une place importante dans la société actuelle puisqu'il est le loisir préféré des français. Toutefois, je m’interroge sur la place du retrogaming pour les dernières générations de joueurs.    Etant née au milieu des années 80, j’ai bien évidemment vécu une partie de cette période inoubliable de l'histoire du jeu vidéo, que l'on appelle aujourd’hui le "retrogaming". Il est donc pour moi assez facile d’apprécier les jeux hyper-carrés-qui-piquent-les-yeux (en opposition aux jeux que l’on peut trouver sur le marché aujourd’hui) que l’on pouvait faire  "tourner" sur nos consoles de l’époque. Pour ma part, j’ai réellement commencé par la NES avec Mario, Zelda, MORTAL KOMBAT ,  Rad Racer, Duck Hunt et bien d’autres que certains d’entre vous connaissent certainement. Je dis "connaissent" car si vous faites parti …

Dead to Rights Retribution

Editeur : Namco Bandai Développeur : Volatile Type : Action Sortie France : 23 avril 2010 Classification : Interdit aux - de 18 ans Multijoueurs : Non Version : Textes en français, voix en anglais Web : Site web officiel
Grant City est infecté par les crimes et la corruption. Ce sera à vous d'en être le vaccin. Seulement chez vous, la méthode douce n'existe tout simplement pas, mais pour ajouter quand même un brin de finesse vous pourrez compter sur votre meilleur ami Shadow, un chien.
Vous incarnerez donc le super flic Jack Slate alternativement avec son coéquipier le canidé cité un peu plus haut. Pas besoin de sortir de St Cyr pour comprendre la trame de l'histoire qui nous est servie sur un plateau sans saveur et au dénouement prévisible depuis le début du jeu. De toute façon le scénario est juste une excuse tout juste valable pour nous donner envie de dérouiller tout ce qui se présentera devant nous. Certes on croisera quelques civil qu'il ne…

test du jeu X-Men Origins : Wolverine - suite

Suite de notre chronique du jeu X-Men Origins : Wolverine


Au fil des niveaux, nous constatons que cela ne dure pas et nos tactiques préférées du coup de griffes dans le ventre ou de la clé de bras ne sont plus aussi efficaces. En effet, notre premier combat contre une grosse bête en goudron nous prouve l’habileté avec laquelle il faut arriver à maitriser les combos de Wolvie. Nous nous sommes rendus compte que les compétences et « atouts » sélectionnables changeaient réellement la manière de diriger les attaques et surtout de réaliser des chorégraphies de combats complètement différentes.  Ne sachant comment nommer ces combos, nous vous laisserons remettre les noms aux bonnes attaques : Des coups de pieds partout en tournant : le coup de la torpille Un gros monstre balourd et lent qui vous arrête entre ses deux mains : la tapette à mouche. Les modes dans  le jeu X-Men Origins : Wolverine A noter, un joli mode "lunge" ou aussi appelé "fente", actionné par le…