Accéder au contenu principal

Dead to Rights Retribution

  • Editeur : Namco Bandai
  • Développeur : Volatile
  • Type : Action
  • Sortie France : 23 avril 2010
  • Classification : Interdit aux - de 18 ans
  • Multijoueurs : Non
  • Version : Textes en français, voix en anglais
  • Web : Site web officiel
 Grant City est infecté par les crimes et la corruption. Ce sera à vous d'en être le vaccin. Seulement chez vous, la méthode douce n'existe tout simplement pas, mais pour ajouter quand même un brin de finesse vous pourrez compter sur votre meilleur ami Shadow, un chien.

Vous incarnerez donc le super flic Jack Slate alternativement avec son coéquipier le canidé cité un peu plus haut. Pas besoin de sortir de St Cyr pour comprendre la trame de l'histoire qui nous est servie sur un plateau sans saveur et au dénouement prévisible depuis le début du jeu. De toute façon le scénario est juste une excuse tout juste valable pour nous donner envie de dérouiller tout ce qui se présentera devant nous. Certes on croisera quelques civil qu'il ne faudra pas toucher ici et là ( d'ailleurs vous ne pourrez même pas leur tirer une balle, tout juste si on peut leur cogner la face sans qu'ils aient d'autre réaction que de s'enfuir un peu plus loin mais bon) . Dead To rights Retribution se résume en deux phases.

Gameplay du jeu Dead to Rights Retribution

La première qui est plutôt musclée fera de vous un agent surentrainé, capable de courir au milieu des feux croisés des ennemis, mais aussi de vous planquer derrière une bonne partie des décors. Certains décors étant destructibles il vous faudra changer de planque. De plus vous jouerez souvent la carte du couvert / découvert pour venir à vos fins. Seulement, flinguer les renégats est une chose, avoir assez de munition en est une autre. Vous pouvez toujours économiser des balles en visant la tête, mais le plus souvent vous finirez par foncer tête baissée pour rosser un gars armé, lui piquer son arme et la lui retourner contre lui d'une balle bien placée pour mettre fin à ses jours. Si votre adversaire n'a pas d'armement sur lui, pas de soucis car vous maitrisez très l'art du combat à main nue, et grâce à quelques combos variés et faciles, vous en viendrai facilement à bout. De plus, si vous enchainez vite et bien votre attaque au corps à corps, vous pourrez jouir d'une exécution rapide, propre et efficace. Ses finish sont variés et peuvent même être en rapport avec l'arme que vous avez à la main. Malheureusement, passé l'effet de surprise, ces même finish finissent par se répéter inlassablement laissant comme un goût de déjà vu. Certaines séquences peuvent toutefois se révéler un peu difficiles malgré la facilité globale du titre dans son ensemble.

La deuxième phase plus tranquille, vous fera prendre le contrôle de Shadow, le chien fidèle et plus intelligent encore que Lassie. Avec lui, vous opterez plus pour la méthode furtive. En effet, Shadow à la particularité de passer en mode furtif et ainsi de repérer les brigands à travers les murs en ressentant leurs pulsation cardiaque suivant trois niveaux. Bleu les gardes ne vous pas repérés, orange, quelques chose à attiré leur attention, soit parce que vous êtes passé un peu trop près, soit parce que vous avez volontairement fait du bruit en grognant ou aboyant pour les attirer. Une fois votre proie à portée de crocs, vous n'aurez plus qu'à lui fondre dessus gueule ouverte, et le croquer jusqu'à ce que mort s'en suive dans une gerbe de sang. Jouissif. On regrettera que ces phases soient souvent trop courte, et se ressemblent trop les unes des autres. Traverser le tableau en tuant tout le monde sans se faire voir, le dernier détenant la clé à ramener pour que l'agent Slate puisse vous rejoindre, puisqu'il est incapable d'enjamber un grillage. Bon à savoir, quand vous incarnez Jack, vous pouvez donner des ordres simple a votre chien pour qu'il attaque la personne que vous visez, ou vous rapporter une arme qui traine plus loin.
Si jusque là on peut se dire que le jeu est bien, on va attaquer maintenant avec les choses qui fâchent. A commencer par la répétitivité générale du titre. En effet, tout n'est que suite de couloir dans lesquels il nous faudra faire le vide d'une manière ou d'une autre. Si les décors peuvent paraitre plus grand, tout n'est qu'illusions puisque que vous aurez un tracé bien précis où avancer. Au final on se rends compte que vos planques ne sont absolument pas improvisées et on se rends compte rien qu'en regardant le niveau, qu'on peut deviner les apparitions des ennemies. Frustrant! De plus les graphismes ne font vraiment pas honneur aux consoles HD. Les textures manquent de détails, certaines sont même baveuses.

Les cinématiques nous montrent des personnages aux expressions figées et l'animation de ces derniers in-game laissent quelques peu à désirer. Ajoutez à cela, pas mal de bugs de collisions, une caméra capricieuse, mais aussi une durée de vie relativement courte allant de six à huit heures pour boucler les dix chapitres et ce malgré le fait qu'on puisse fouiller un peu pour trouver quelques items ici et là. Ce ne sont pas non plus les quelques bonus à débloquer qui nous donnerons l'envie de continuer.
Vous l'aurez deviné, la série Dead to Rights n'est pas encore prête à s'imposer dans les jeux d'actions. Trop de défauts sont présents malgré le fait de pouvoir utiliser le bullet time que l'on peut recharger suivant nos exploits. Passé l'effet de surprise et de découverte, on se retrouve avec un titre pauvre et sans saveur, répétitif à mort.



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Dossier Retrogaming : un plaisir generationnel ?

Même si chacun aborde sa passion pour le jeu vidéo de manière différente, une chose est sûre, cette pratique culturelle a réussi à prendre une place importante dans la société actuelle puisqu'il est le loisir préféré des français. Toutefois, je m’interroge sur la place du retrogaming pour les dernières générations de joueurs.    Etant née au milieu des années 80, j’ai bien évidemment vécu une partie de cette période inoubliable de l'histoire du jeu vidéo, que l'on appelle aujourd’hui le "retrogaming". Il est donc pour moi assez facile d’apprécier les jeux hyper-carrés-qui-piquent-les-yeux (en opposition aux jeux que l’on peut trouver sur le marché aujourd’hui) que l’on pouvait faire  "tourner" sur nos consoles de l’époque. Pour ma part, j’ai réellement commencé par la NES avec Mario, Zelda, MORTAL KOMBAT ,  Rad Racer, Duck Hunt et bien d’autres que certains d’entre vous connaissent certainement. Je dis "connaissent" car si vous faites parti …

test du jeu X-Men Origins : Wolverine - suite

Suite de notre chronique du jeu X-Men Origins : Wolverine


Au fil des niveaux, nous constatons que cela ne dure pas et nos tactiques préférées du coup de griffes dans le ventre ou de la clé de bras ne sont plus aussi efficaces. En effet, notre premier combat contre une grosse bête en goudron nous prouve l’habileté avec laquelle il faut arriver à maitriser les combos de Wolvie. Nous nous sommes rendus compte que les compétences et « atouts » sélectionnables changeaient réellement la manière de diriger les attaques et surtout de réaliser des chorégraphies de combats complètement différentes.  Ne sachant comment nommer ces combos, nous vous laisserons remettre les noms aux bonnes attaques : Des coups de pieds partout en tournant : le coup de la torpille Un gros monstre balourd et lent qui vous arrête entre ses deux mains : la tapette à mouche. Les modes dans  le jeu X-Men Origins : Wolverine A noter, un joli mode "lunge" ou aussi appelé "fente", actionné par le…