Accéder au contenu principal

Bodycount sur PlayStation 3, fin

Durée de vie

Pour être honnête c'est une fois de plus un point faible du jeu bodycount . Il ne vous faudra que 6-7 heures pour terminer le jeu (je suis en mode normal mais il parait qu'ils sont tous plutôt facile...) et c'est bien regrettable. De plus, les missions s'enchainent très vite tout en se ressemblant plus ou moins les unes des autres, et même si vous mourez quelques fois, il suffit de recommencer une fois ou deux grand maximum pour passer au prochain checkpoint, et donc de sauvegarde. Quoi qu'il en soit, si vous recherchez un jeu pour son mode solo, ce n'est pas Bodycount qu'il vous faut.
10/20
J'ai envie de dire que là, on touche le fond... Celui qui était à la tête du scénario s'est beaucoup creusé les méninges pour inventer cette histoire. Il faut tout simplement regler un conflit entre deux camps, vous voyez que c'est tres recherché comme scénario. Bref, rien à redire sur ce point comme sur les autres, c'est une nouvelle fois une déception. Je vais dire que c'est banal en fait, et il ne mérite pas que l'on s'attarde un peu plus sur son cas.
10/20

Le multijoueurs

Je n'ai pas tellement l'habitude de faire un point sur le mutlijoueurs dans mes tests mais vu que le solo n'est pas forcément correct, le multijoueurs pourrait rattraper le tout (vous noterez le conditionnel sur "pourrait"). Je vais vous le dire tout de suite, le multijoueurs ne vaut pas la chandelle de débourser 60€ ! Seulement deux modes en ligne, coopératifs et multijoueurs... Pour le 1er, vous êtes par deux et vous devez affronter plusieurs vagues d'ennemis qui arrivent, et cela sur plusieurs maps. Pour le multijoueurs, il n'y a que très peu de mode, c'est deadmatch ou deadmatch en équipe, et les serveurs ne sont pas vraiment toujours pleins. Il faut même parfois plusieurs minutes pour réussir à trouver quelqu'un (pour la sortie du jeu, ce n'est pas terrible, alors plus tard...) et ce mode devient très vite lassant.

Au final ?

Au final, on se retrouve clairement devant un jeu qui est juste une arnaque au prix fort de lancement ! Vous avez devant vous un jeu qui pouvait s'annoncer être intéressant par son style arcade, mais qui malheureusement est très décevant. Malgré tout on s'amuse un petit peu (du moins quand il y a du monde, et je peux vous dire que c'est pas toujours le cas) sur le mode online. Au niveau de la difficulté le jeu est très facile (même en mode difficile) autant sur le mode solo que pour reussir à avoir tous les trophées, de mon côté je vise le platine. Encore une fois, je trouve que de nos jours, 6-7 heures pour un jeu vidéo (c'est un peu les normes en ce moment mais bon) ce n'est pas beaucoup. Il faudra rajouter à cela 3 freezes de la console, et d'après ce que j'ai vu sur twitter je ne serais pas le seul à avoir ce genre de soucis.

Bodycount n'est donc pas un jeu à posséder pour les fans de FPS, et surtout à 50-60€. Le jour où le jeu baissera à 30€ neuf, ce sera peut etre une bonne affaire mais le online sera probablement désert. Quoi qu'il en soit, il vaut mieux s'abstenir.



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Dead to Rights Retribution

Editeur : Namco Bandai Développeur : Volatile Type : Action Sortie France : 23 avril 2010 Classification : Interdit aux - de 18 ans Multijoueurs : Non Version : Textes en français, voix en anglais Web : Site web officiel
Grant City est infecté par les crimes et la corruption. Ce sera à vous d'en être le vaccin. Seulement chez vous, la méthode douce n'existe tout simplement pas, mais pour ajouter quand même un brin de finesse vous pourrez compter sur votre meilleur ami Shadow, un chien.
Vous incarnerez donc le super flic Jack Slate alternativement avec son coéquipier le canidé cité un peu plus haut. Pas besoin de sortir de St Cyr pour comprendre la trame de l'histoire qui nous est servie sur un plateau sans saveur et au dénouement prévisible depuis le début du jeu. De toute façon le scénario est juste une excuse tout juste valable pour nous donner envie de dérouiller tout ce qui se présentera devant nous. Certes on croisera quelques civil qu'il ne…

Dossier Retrogaming : un plaisir generationnel ?

Même si chacun aborde sa passion pour le jeu vidéo de manière différente, une chose est sûre, cette pratique culturelle a réussi à prendre une place importante dans la société actuelle puisqu'il est le loisir préféré des français. Toutefois, je m’interroge sur la place du retrogaming pour les dernières générations de joueurs.    Etant née au milieu des années 80, j’ai bien évidemment vécu une partie de cette période inoubliable de l'histoire du jeu vidéo, que l'on appelle aujourd’hui le "retrogaming". Il est donc pour moi assez facile d’apprécier les jeux hyper-carrés-qui-piquent-les-yeux (en opposition aux jeux que l’on peut trouver sur le marché aujourd’hui) que l’on pouvait faire  "tourner" sur nos consoles de l’époque. Pour ma part, j’ai réellement commencé par la NES avec Mario, Zelda, MORTAL KOMBAT ,  Rad Racer, Duck Hunt et bien d’autres que certains d’entre vous connaissent certainement. Je dis "connaissent" car si vous faites parti …

test du jeu X-Men Origins : Wolverine - suite

Suite de notre chronique du jeu X-Men Origins : Wolverine


Au fil des niveaux, nous constatons que cela ne dure pas et nos tactiques préférées du coup de griffes dans le ventre ou de la clé de bras ne sont plus aussi efficaces. En effet, notre premier combat contre une grosse bête en goudron nous prouve l’habileté avec laquelle il faut arriver à maitriser les combos de Wolvie. Nous nous sommes rendus compte que les compétences et « atouts » sélectionnables changeaient réellement la manière de diriger les attaques et surtout de réaliser des chorégraphies de combats complètement différentes.  Ne sachant comment nommer ces combos, nous vous laisserons remettre les noms aux bonnes attaques : Des coups de pieds partout en tournant : le coup de la torpille Un gros monstre balourd et lent qui vous arrête entre ses deux mains : la tapette à mouche. Les modes dans  le jeu X-Men Origins : Wolverine A noter, un joli mode "lunge" ou aussi appelé "fente", actionné par le…